Les conséquences du COVID-19 devraient se faire sentir pendant deux ans

Les conséquences du COVID-19 devraient se faire sentir pendant deux ans

PwC Belgium CFO Survey Series

  • 43 % des CFO s’attendent à une baisse du chiffre d’affaires jusqu’à 10 % en raison du Covid-19.
  • La plupart des CFO sont généralement optimistes quant à une reprise immédiate à court terme.
  • L’impact négatif sur les entreprises continuera à se faire sentir pendant un à deux ans (62 %).

Bruxelles, le 30 juin 2020 – 43 % des CFO des grandes entreprises belges s’attendent à ce que leur chiffre d’affaires baisse de 10 % au cours des six prochains mois et à ce que l’impact négatif sur les affaires reste tangible pendant 1 à 2 ans. Bien que le gouvernement belge ait pris des mesures pour faire face à la situation, seuls 43 % des CFO y ont eu recours. Telles sont les principales conclusions de l’enquête CFO de PwC Belgique.

La crise économique actuelle consécutive à la pandémie du Covid-19 touche les entreprises du monde entier. Pour mesurer l’impact sur les entreprises belges, PwC Belgique a lancé l’enquête CFO Survey Series, qui consiste en une série de sondages réguliers sur les effets de la crise sur la finance, les activités commerciales, les ressources humaines, les chaînes d’approvisionnement et bien plus encore.

Un élan pour une nouvelle croissance

La majorité des répondants (79 %) s’attendent à ce que la croissance économique belge baisse, et presque la moitié (43 %) croient que l’économie va fortement se contracter. Le Covid-19 aura inévitablement un impact économique sur chaque secteur, mais avec une intensité variable. Les CFO prévoient une baisse de leur chiffre d’affaires pouvant atteindre 10 % au cours des six prochains mois, selon 43 % des répondants. Ce chiffre est nettement inférieur aux récents modèles prévisionnels de la Banque Nationale de Belgique, qui suggèrent une contraction du PIB de -16 % pour le deuxième trimestre 2020. Parmi les CFO interrogés, 40 % estiment que l’épidémie de Covid-19 a un impact élevé sur leurs performances financières générales, tandis que les autres ne font état que d’un impact modéré, voire faible.

Story image

Didier Vandenhaute, Partner en Treasury Consulting chez PwC Belgique, commente les conclusions de l’étude : « Certains secteurs seront plus sensibles à un scénario en L, avec un impact drastique sur notre économie et une récession prolongée en perspective. Le secteur des transports pourrait, par exemple, ne plus jamais être le même, suite aux changements permanents dans les habitudes de voyage personnelles et professionnelles. Dans les mois à venir, de plus en plus d’entreprises de divers secteurs vulnérables seront inévitablement confrontées à la faillite. De nombreuses entreprises sont toutefois restées à l’écoute du marché et ont commencé à réinventer leur modèle d’entreprise, faisant du Covid-19 un moteur essentiel de leur nouvelle croissance. En ce sens, cette crise a ouvert les yeux des entreprises qui sont maintenant plus susceptibles de renforcer leur résilience financière, des décisions gelées jusqu’il y a peu ».

Un chemin long et difficile

Le fait que les mesures de confinement sont assouplies donnera une impulsion bien nécessaire à notre économie. La plupart des pays sont néanmoins confrontés à un scénario de base en U, caractérisé par un choc brutal et plusieurs trimestres d’activité économique très faible avant de revenir aux niveaux de PIB précédents. Cela tranche avec les prévisions initiales en V, un scénario marqué par une reprise plus rapide et plus complète. Cela transparait également dans l'enquête CFO. 62 % des CFO interrogés s’attendent à ce que l’impact négatif de la crise du Covid-19 sur les entreprises continue à se faire sentir pendant un à deux ans. Néanmoins, 83 % des CFO estiment que leur entreprise pourrait être en mesure de faire face à un ralentissement de plus d’un an avant de devoir fermer.

« Quel que soit le scénario, une contraction de la croissance est inévitable. Un indicateur beaucoup plus important pour évaluer les perspectives économiques est le taux de chômage. Une étude récente de Strategy& a montré que même dans le scénario en V, un taux de chômage élevé aura un impact négatif plus marqué sur la demande des consommateurs et sur les perspectives économiques générales », indique Didier Vandenhaute.

Malgré la route longue et difficile qui se profile à l’horizon, la majorité des CFO sont généralement très optimistes quant à une reprise rapide. La plupart des répondants (81 %) se disent « très confiants » dans le fait que leur entreprise dispose des moyens financiers pour poursuivre ses activités. Si une deuxième vague de Covid-19 devait survenir, ce chiffre tomberait à 55 %.

Les mesures de soutien plus orientées vers les PME

À court terme, la plupart des grandes entreprises auront intégré l’accès au financement à leur modèle d’affaires afin de se protéger d’une autre vague potentielle de crise. Parmi les CFO interrogés, seuls 43 % d’entre eux déclarent avoir eu recours aux incitants gouvernementaux pour soutenir leur entreprise. À l’avenir, la plupart des entreprises prévoient de mettre elles-mêmes en œuvre des mesures supplémentaires afin d’être financièrement plus résilientes, une majorité d’entre elles pointant l’optimisation des coûts (opex et capex) comme première étape.

Story image

« Nous ne devons cependant pas oublier que toutes les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, ne seront pas aussi bien préparées. Cela montre que la taille de l’entreprise joue effectivement un rôle et que les petites entreprises sont, dans cette situation, beaucoup plus vulnérables aux conséquences financières du Covid-19. Le fameux système de garantie des prêts par l’État à hauteur de 50 milliards d’euros, selon lequel les prêts admissibles accordés par les banques sont garantis par l’État belge, en est un exemple typique. Bien que ce régime puisse assurer une liquidité à court terme, son applicabilité relativement complexe et à court terme, de même que les coûts afférents sont un obstacle manifeste pour de nombreuses grandes entreprises », explique Didier Vandenhaute.

 

Contact

Erik Oosthuizen

erik.oosthuizen@pwc.com

0474 56 42 76

www.pwc.com

###

À propos de l’enquête PwC CFO Survey Series

PwC Belgique suit de près le sentiment et les priorités des CFO dans un contexte où les entreprises réagissent aux perturbations sans précédent dues au coronavirus. La première édition de cette PwC CFO Survey Series porte sur la résilience financière. Cette enquête reflète l’opinion de 25 responsables financiers issus d’un échantillon de secteurs provenant de grandes entreprises en Belgique et sondés pendant la semaine du 8 juin 2020. Ils se penchent sur l’impact de la crise sur leurs organisations, leurs stratégies de survie et leurs plans et prévisions dans un monde post-Covid-19.

A propos de PwC Belgique

Serving clients from strategy through execution

Chez PwC Belgique, nous nous engageons à fournir des services de qualité en matière d’audit, de fiscalité et de conseil à nos clients des secteurs public et privé, en Belgique et au niveau international.

Notre entreprise incarne le principe de création de valeur, grâce au réseau de relations que nous développons et ce principe est ancré au cœur même de notre philosophie d’entreprise. Notre promesse de valeur débute par les relations que nous tissons avec vous.