La majorité des entreprises dans le monde se préparent au travail à distance comme étant la “nouvelle norme” - les entreprises belges font de même

La majorité des entreprises dans le monde se préparent au travail à distance comme étant la “nouvelle norme” - les entreprises belges font de même

PwC’s 2020 Future of Remote Work survey

  • Plus de 50 % des entreprises dans le monde ont déjà mis en place des dispositifs de travail à distance sur base nationale et internationale (ou sont en train de le faire)
  • Parmi les entreprises qui n'ont pas de politique de travail à distance, 55% prévoient d'en mettre une en place, et 15% explorent les moyens de le faire
  • Plus de 80 % des entreprises prévoient d'adopter le travail à distance comme nouvelle norme

Bruxelles - 17 septembre 2020 - La pandémie et les mesures de distanciation sociale qui en découlent ont entraîné un changement majeur dans notre façon de travailler. Pour comprendre comment les entreprises planifient leurs politiques de travail à distance et s'adaptent aux besoins changeants de leur personnel, PwC a interrogé fin juillet et début août plus de 300 entreprises dans le monde entier dans le cadre de l'enquête PwC Future of Remote Work 2020.

 Travail à distance - diverses définitions, travaux en cours

Près de la moitié des interviewés (46 %) définissent les modalités de travail à distance comme des employés travaillant en dehors de leur bureau à domicile ou de leur lieu de travail, sans aucun mouvement transfrontalier. Un peu plus d'un tiers (35 %) des entreprises incluent le mouvement international dans le concept de travail à distance.

 Bien que la majorité des entreprises interrogées disposent actuellement d'une forme de politique de travail à distance (54%), il est intéressant de noter que les autres n'ont pas encore de politique à cet égard. Plus de la moitié d'entre elles prévoient de mettre en place une politique de travail à distance d'ici à la fin de 2020. 15 % sont encore en train d'examiner les possibilités de modalités de travail à distance. Il convient de noter que 30 % des répondants déclarent ne pas avoir l'intention de mettre en œuvre une politique de travail à distance, bien qu'ils acceptent les demandes au cas par cas. Dans le même temps, un grand nombre des entreprises interrogées sont actives dans des secteurs tels que les soins de santé, l'énergie et les services publics, l'exploitation minière et les produits et services industriels - tous des domaines dans lesquels de nombreuses activités doivent être réalisées sur place.

Story image
Story image

 

La mise en œuvre de nouvelles méthodes de travail nécessite une préparation. “La crise a limité la proximité physique des personnes, mais de nombreux systèmes et processus sont restés les mêmes”, explique Sandrine Schaumont, associée, People & Organisation Consulting, PwC Belgique. “Il est important d'examiner au cas par cas quels groupes d'employés peuvent travailler à distance, à quelle fréquence, quelles ‘règles du jeu’ sont applicables (par exemple sur le fait d'être joignable) et quel est l'impact sur le reste de l'organisation. Dans certains secteurs, les options sont beaucoup plus limitées ; dans le secteur de la santé par exemple, l'interaction humaine est nécessaire pour fournir des produits et des services, et de nombreuses personnes ne seront pas en mesure de travailler efficacement à distance”.

 Le bien-être des employés avant tout

Bien que l'augmentation du travail à distance puisse être un moyen pour les entreprises de réduire leurs coûts pendant le ralentissement économique, par exemple en réduisant leur empreinte immobilière ou leurs coûts de transport, l'objectif principal est clairement le bien-être du personnel, que ce soit pour le protéger de la propagation de COVID-19 ou pour permettre un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Deux tiers des répondants (67 %) prévoient de permettre à leurs travailleurs à distance d'accéder à un bureau, 46 % d'entre eux n'exigent pas du tout que les employés se rendent au bureau, et 21 % prévoient une approche hybride, le travail à distance dans un bureau.

Story image

Le travail à distance peut également entraîner de nouveaux coûts : équipements, contributions aux dépenses telles que l'accès internet, l'électricité, le chauffage, l'eau, l'impression, etc. Toutefois, plus de 80 % des entreprises interrogées ne procèdent à aucun ajustement de salaire pendant la période d’application d'un régime de travail à distance, et plus de la moitié des répondants ne prévoient aucune allocation, aucun remboursement ou aucune aide à la mobilité (y compris une aide fiscale et une aide à l'immigration) dans le cadre d’un régime de travail à distance.

 Les entreprises belges montrent la voie en matière de travail à distance

Une étude récente de la Banque nationale et des organisations patronales indique déjà que 36% des entreprises belges ont l'intention de développer le travail à distance. Toutes les entreprises belges interrogées par PwC ont mis en place une politique de travail à distance et suivent pour la plupart les directives du gouvernement lorsqu'il s'agit de déterminer la durée autorisée pour les arrangements de travail temporaire, comme dans le reste du monde (59%). La moitié d'entre elles ont adapté leur politique pour permettre le travail à distance pour une durée indéterminée (contre seulement 15 % dans le monde), 25 % pour le travail à distance temporaire uniquement (contre 30 % dans le monde) et les 25 % restants ont adapté leur politique pour une configuration hybride (temporaire et indéterminée) contre 55 % dans le monde.

 “Nous constatons que les entreprises belges ont clairement adopté rapidement la nouvelle réalité de COVID-19 et ont donné la préférence au travail à distance pour une durée indéterminée. L'administration fiscale a également facilité cette évolution en accordant des autorisations ‘fast track’ pour les indemnités liées au travail à distance”, déclare Sandrine Schaumont, associée, People & Organisation, PwC Belgique. “Cette volonté de s'engager dans une nouvelle façon de travailler sur le long terme est motivée par le même souci de sécurité des employés et d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée ; les temps de trajet en voiture sont généralement longs en Belgique. Et il est clair que les entreprises pensent que leurs employés seront moins présents physiquement dans les bureaux à long terme : un tiers des entreprises belges s'attendent à une réduction des coûts immobiliers à l'avenir”.

 

Contact

Erik Oosthuizen

erik.oosthuizen@pwc.com

0474 56 42 76

www.pwc.com

A propos de PwC Belgique

Serving clients from strategy through execution

Chez PwC Belgique, nous nous engageons à fournir des services de qualité en matière d’audit, de fiscalité et de conseil à nos clients des secteurs public et privé, en Belgique et au niveau international.

Notre entreprise incarne le principe de création de valeur, grâce au réseau de relations que nous développons et ce principe est ancré au cœur même de notre philosophie d’entreprise. Notre promesse de valeur débute par les relations que nous tissons avec vous.