Skip to Content
Envol des fusions et acquisitions au second semestre 2020 malgré l’impact de la COVID-19 sur l’économie

Envol des fusions et acquisitions au second semestre 2020 malgré l’impact de la COVID-19 sur l’économie

Tendances mondiales PwC dans le secteur des fusions et acquisitions

  • Hausse de 29 % (EMEA : +46 %) du volume des transactions mondiales et de 156 % (EMEA : +138 %) de la valeur des transactions au second semestre 2020
  • Le nombre de méga-transactions mondiales (d’une valeur de plus de 5 milliards USD) a plus que doublé au cours du second semestre 2020 (de 27 à 57), passant d’une valeur de 266 milliards USD à 688 milliards USD
  • Les secteurs de la technologie et des télécommunications ont connu la plus forte croissance en raison de l’accélération de la demande pour des actifs numériques
  • Les perspectives pour 2021 indiquent que les conditions sont réunies pour une année chargée en matière de fusions et acquisitions

 

Jeudi 4 février 2021 – Les valorisations des fusions et acquisitions sont en plein essor, à mesure que la concurrence s’intensifie pour de nombreux actifs numériques ou technologiques et stimule les transactions mondiales, selon la dernière étude que PwC a consacrée aux tendances mondiales dans le secteur des fusions et acquisitions. Portant sur les six derniers mois de 2020, cette étude analyse le flux de transactions mondiales et intègre les points de vue des spécialistes de PwC en la matière afin d’identifier les principales tendances qui stimulent l’activité des fusions et acquisitions et les temps forts prévus sur le plan des investissements en 2021.

La pandémie et les récentes évolutions géopolitiques ont conduit la plupart des entreprises aux mêmes conclusions, ce qui a poussé à la fois le volume et la valeur des transactions à la hausse au cours du second semestre 2020, en particulier pour les actifs numériques et technologiques. Au niveau mondial, les secteurs des technologies et des télécommunications ont connu la plus forte croissance en termes de volume et de valeur des transactions au cours du second semestre 2020 par rapport au second semestre 2019, avec une augmentation de 34 % du volume des transactions dans le secteur du technologie et de 118 % de leur valeur. Les volumes de transactions dans le secteur des télécommunications ont augmenté de 15 % et les valeurs de près de 300 % grâce à trois méga-transactions.

La COVID-19 accélère les transactions pour les actifs numériques et technologiques

Malgré l’incertitude que suscite la COVID-19, le second semestre de 2020 a vu une forte hausse des fusions et acquisitions. La concurrence pour les entreprises les plus convoitées a stimulé les valorisations, en marge d’autres facteurs macroéconomiques. Parmi ces facteurs, citons les faibles taux d’intérêt, le désir d’acquérir des entreprises innovantes, numériques ou technologiques, et l’abondance des capitaux disponibles, tant du côté des entreprises (plus de 7 600 milliards USD en trésorerie et en titres négociables) que des investisseurs en private equity (1 700 milliards USD).

Story image

« La COVID-19 a donné aux entreprises un aperçu assez unique de leur avenir. Et beaucoup ont peu apprécié ce qu’elles ont vu. L’accélération de la numérisation et de la transformation de leurs activités est instantanément devenue une priorité absolue, les fusions et acquisitions étant le moyen le plus rapide d’y parvenir. Cette situation crée de fait un cadre hautement concurrentiel pour les meilleures opportunités », affirme Philippe Estas, associé dans le département Fusions et acquisitions de PwC Belgique. « Avec autant de capitaux disponibles, les bonnes entreprises tendent vers des multiples élevés et les atteignent. Si, comme nous le pensons, ce phénomène se poursuit, la nécessité de se concentrer sur la création de valeur sera plus pertinente que jamais pour des fusions et acquisitions réussies ».

À titre de comparaison, les secteurs qui ont été le plus durement touchés par la pandémie (comme la fabrication industrielle) ou ceux qui sont affectés par des facteurs tels que la transformation vers des émissions de carbone zéro nettes, subissent des changements structurels auxquels les entreprises devront faire face.

Story image

Perspectives pour 2021 : une année chargée en matière de fusions et acquisitions

Les entreprises qui anticipent les retombées économiques de la pandémie mondiale de coronavirus ont accumulé un trésor de guerre de plus de 7 600 milliards USD en trésorerie et en titres négociables. Les taux d’intérêt stagnent, en outre, à des niveaux historiquement bas. La demande pourrait encore augmenter à mesure que la disponibilité des vaccins renforcera la confiance des chefs d’entreprise, des investisseurs et des consommateurs. Pour les entreprises confrontées à un danger imminent, la consolidation semble inévitable. Les actifs les moins attrayants pourraient être cédés à des valeurs plus faibles, en particulier dans les secteurs plus touchés par la COVID-19 ou lorsque leurs modèles d’affaires ne sont plus viables compte tenu des changements structurels en cours.

« Pour certaines entreprises, une transaction peut être le moyen le plus efficace et le plus rapide de combler leurs lacunes urgentes en matière de compétences, de ressources et de technologies dont elles ont besoin pour créer de la valeur à l’avenir », explique Nancy De Beule, associée au sein du département Fusions et acquisitions de PwC Belgique. « Les négociateurs proactifs mettront l’accent sur les actifs numériques ou technologiques nécessaires pour assurer la viabilité de leur entreprise à long terme. Les entreprises qui cherchent à préserver leur avenir économique en s’associant à une entreprise complémentaire sont confrontées au double défi de l’importance des valorisations et de l’intensité de la concurrence dans la recherche d’une bonne adéquation. En outre, les entreprises chercheront également à acquérir des actifs en difficulté, lorsqu’elles croient en un redressement par l’intégration et la transformation ».

Des vents contraires subsistent toutefois. Les vagues de COVID-19 en cours continuent de causer des confinements et le taux de chômage élevé devrait peser sur la demande de produits et de services. Les tensions commerciales mondiales, les pressions réglementaires et la transition présidentielle aux États-Unis génèrent des incertitudes. L’activité soutenue sur le plan des introductions en bourse offre aux propriétaires une alternative aux fusions et acquisitions comme voie de sortie. Et la reprise économique sera probablement inégale selon les secteurs et les régions.

« Après une année mouvementée, le pronostic général pour les transactions en 2021 est marqué par des opportunités et des transformations, et la concurrence pourrait être féroce pour certaines entreprises », souligne Véronique Gillis, associée au sein du département Fusions et acquisitions de PwC Belgique. « Il est probable que nous assistions à une polarisation croissante dans la valorisation des actifs, à une accélération des transactions dans le domaine du numérique et de la technologie et à une attention accrue pour les sources non traditionnelles de création de valeur telles que l’impact des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), qui sont de plus en plus prises en compte dans la prise de décision stratégique et la due diligence, au fur et à mesure que les négociateurs se concentrent sur la protection des rendements contre les effets des valorisations élevées et de la demande féroce ».

D’autres facteurs devraient avoir un effet d’entraînement sur les valorisations des transactions et les activités de fusion et d’acquisition, notamment une augmentation des restructurations et le maintien d’un flux dynamique d’introductions en bourse, en particulier le recours à des sociétés d’acquisition à vocation spécifique (SAVS) pour lever des capitaux. En 2020, les SAVS ont levé environ 70 milliards USD de capitaux et ont représenté plus de la moitié de toutes les introductions en bourse aux États-Unis. Les entreprises de private equity ont joué un rôle clé dans le récent essor des SAVS en y voyant une source alternative utile de capitaux. On s’attend à ce que l’activité des SAVS augmente en 2021, notamment en ce qui concerne les actifs tels que les infrastructures de recharge des véhicules électriques, le stockage de l’énergie et les technologies de santé.

 

 

À propos des tendances mondiales dans le secteur des fusions et acquisitions

Le rapport « Global M&A Industry Trends » de PwC est une analyse semestrielle portant sur l’activité des transactions mondiales dans cinq secteurs : les marchés de consommation, la technologie, les médias et les télécommunications, les secteurs de la santé, l’énergie, les services d’utilité publique et les ressources, ainsi que la fabrication industrielle et l’automobile.

Lisez le document de PwC « Global M&A Industry Trends » pour plus d’informations sur 2020 et 2021.

Contact

Erik Oosthuizen

erik.oosthuizen@pwc.com
0474 56 42 76

www.pwc.com

 

 

 

 

A propos de PwC Belgique

Serving clients from strategy through execution

Chez PwC Belgique, nous nous engageons à fournir des services de qualité en matière d’audit, de fiscalité et de conseil à nos clients des secteurs public et privé, en Belgique et au niveau international.

Notre entreprise incarne le principe de création de valeur, grâce au réseau de relations que nous développons et ce principe est ancré au cœur même de notre philosophie d’entreprise. Notre promesse de valeur débute par les relations que nous tissons avec vous.